On vous parle d’un temps que les moins de 40 ans ne connaissent sans doute pas… Le 19 octobre 1959, Europe 1 lançait “Salut les copains”. Avec son concept et sa programmation, l’émission allait révolutionner la radio. À l’époque, “Europe n°1” diffuse plutôt de la musique vieillotte. Une émission fait beaucoup parler d’elle : “Pour ceux qui aiment le jazz”, au micro, Daniel Filipacchi et Frank Tenot.

La direction de la station leur demande d’imaginer une émission pour les jeunes. Le titre est tout trouvé : Salut les copains, référence à une chanson de Gilbert Bécaud. Le ton est moderne : les 2 animateurs se tutoient, parlent sur les intros des disques… Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Claude François… toutes les vedettes sont invitées. Les jeunes de 12 à 15 ans sont collés à leur transistor. SLC est d’abord hebdomadaire : 30 minutes à 17 heures, tous les jeudis. Très vite l’émission devient bi-hebdomadaire puis quotidienne : 2 heures d’antenne, entre 17h et 19h… c’est la révolution sur les ondes ! “SLC”, 3 lettres devenues mythiques…

L’émission révèle le soir du 22 juin 1963 une puissance de mobilisation que personne n’aurait pu imaginer auparavant. Sans aucune autre promotion que quelques annonces passées les deux ou trois jours précédents au micro de SLC, faisant savoir que se tiendrait un concert gratuit avec Danyel Gérard, Les Gam’s, Mike Shannon et Les Chats sauvages, Richard Anthony, Sylvie Vartan4 et Johnny Hallyday en vedette place de la Nation à Paris5, quelque 150 000 jeunes6 accourent sur les lieux. Du jamais vu. Les observateurs, journalistes, responsables du maintien de l’ordre, et jusqu’aux organisateurs eux-mêmes, sont stupéfaits. L’événement entre dans l’histoire comme la « folle nuit de la Nation ».

L’apogée de l’émission se situe entre 1961 et 1965. À partir de 1966 le marché de la variété musicale pour les jeunes commence à se stratifier par âges, et à se segmenter entre styles différents (la rivalité entre Antoine et Johnny Hallyday est à cet égard un épisode significatif). De plus, sont apparues sur les autres radios des émissions dont la concurrence se fait de plus en plus sentir. Sur RTL, Minimax de President Rosko importe le rythme frénétique et le ton des « radios pirates » anglaises, triomphe chez les amateurs de pop britannique, et aurait dès fin 1966 dépassé l’audience de SLC.

L’émission peine à se renouveler et décline. Elle est déprogrammée, dans l’indifférence générale, dix ans après sa création, en 1969. Peu avant, Johnny Hallyday prononçait cette cruelle oraison funèbre : « Il vaut mieux qu’elle crève. Elle est devenue complètement ringarde. Même les enfants ne sont pas assez débiles pour l’apprécier, désormais »

Voici le Hit Parade du 9 novembre 1964 radiodiffusé sur les ondes de Europe n°1  :

Le Pénitencier – Johnny Hallyday
Que c’est triste Venise – Charles Aznavour
Amsterdam – Jacques Brel
S’il fallait tout donner – Enrico Macias
Ce monde – Richard Anthony
Donna Donna – Claude François
Vous permettez, Monsieur ? – Salvatore Adamo
Cowboy – Romuald Figuier
Ma vie – Alain Barrière
L’homme en noir – Sylvie Vartan

Il y a 60 ans naissait “Salut les copains”
Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

test news

13 septembre 201613 septembre 2016
Testimonials

TG: TESTIMONIAL WIDGET

Share the testimonials & reviews that others are talking about, beautifully with this widget. This will help in adding more value to your site.